PEINTURES ABORIGENES

Galerie Arista

 La culture aborigène dont les origines remontent à quelques 60 000 ans est une des plus anciennes de la planète. L'idée faussement répandue de leur incapacité à entrer dans la modrnité vole en éclat dès que l'on se confronte à la peinture aborigène, éblouissante  de modernité, de dynamisme et de créativité. Le succès populaire qu'elle connaît sur tous les continents démontre à quel point cette peinture nous parle et nous touche.

Il s'agit au départ d'un art à la fonction essentiellement religieuse ou spirituelle, qui célèbre les liens intimes entre l'homme et l'environnement tels qu'ils ont été façonnés par les Esprits Ancestraux du Temps du Rêve. Les peintures, faites de pigments naturels, étaient réalisées dans un contexte cérémoniel dont elles faisaient parties intégrantes. Qu'elles aient eu pour support une paroi rocheuse, un rectangle d'écorce d'eucalyptus ou la peau même des participants aux cérémonies, leur rôle premier n'était pas esthétique. Il s'agissait de matérialiser la dimension spirituelle du monde, de donner à voir les liens invisibles qui unissent les humains, les animaux et plantes  pour composer un univers harmonieux et durable.

Cette peinture a connu des changements profonds au cours des quatre dernières décennies. Beaucoup d'aborigènes peignent désormais sur toile ou sur carton plutôt que sur écorce ; ils utilisent la peinture acrylique au lieu des pigments naturels traditionnels. Ils pratiquent le batik et surtout ils peignent des tableaux déstinés à être exposés et vendus, non plus des oeuvres déstinées aux seuls initiés. Les galeries du Musée du Quai Branly à Paris rendent aujourd'hui hommage à la culture aborigène. En raison de la popularité dont jouit désormais l'art aborigène bien des oeuvres finissent dans des collections privées, auxquelles le public n'a plus accès. Cette collection de tableaux présentée ici provient de l'une des plus grandes collections privées de peinture aborigène.