KIJNO LADISLAS

Galerie Arista

Ladislas Kijno est un peintre français né à Varsovie en 1921

Arrivé en France dès le milieu des années 1920, il étudia la philosophie, avec notamment Jean Grenier, puis fréquenta l'atelier de Germaine Richier dans l'après-Seconde guerre mondiale.

Installé en région parisienne depuis la fin des années 1950, Ladislas Kijno a, au fil des décennies, multiplié les vaporisations en peinture et s'est imposé comme l'un des maîtres de la technique dite du froissage.

Ses horizons picturaux se déploient comme des oraisons. Sur la Croisette, à Cannes, La Malmaison s'est faite chapelle ardente pour accueillir entre ses murs une exposition consacrée à Ladislas Kijno depuis novembre 2011 jusqu'à avril 2012.

Celui qui se définit comme "un moine de l'art", "un brocanteur de la métaphysique" est une légende vivante. Mais il est surtout un mystique, qui a d'abord été séminariste avant de choisir la voie de la peinture comme une ascèse radicale. Plusieurs heures durant, chaque jour, comme une règle de prière, le geste de peindre, et  lors de crises de doute, des toiles qui finissent dans un grand brasier. A aujourd'hui 90 ans passés, Kijno est toujours à l'oeuvre, et tel Molière en scène, il se verrait bien finir en plein travail, dans l'accomplissement de ses gestes de peintre.

Une spiritualité en action

Parmi ces gestes, certains sont déjà passés à la postérité. Les papiers froissés, où la peinture se fait quasi sculpture avec jeu d'ombres et de lumières. Les vaporisations. Les prises de position pour des faits d'époque (Angela Davis, Nelson Mandela, les horreurs de la guerre d'Algérie ou du Vietnam).

Tout un art et une manière unique de s'engager au nom d'une foi en l'homme : dans ces infusoires d'une âme de peintre, l'exposition de la Malmaison trouve de lentes ondulations d'encensoirs. Une spiritualité en action belle à voir et  à recevoir.