CHAVANIS

Galerie Arista

 

logo_arista_smallIl nous propose des sculptures-installations partant d’une intention simple : suspendre l’existence qui est  « insoutenable », « insupportable », conjuguant la vie dans des rapports d’extrêmes.

"Au milieu des années 90, CHAVANIS a brusquement délaissé peinture, sculpture et gravure pour ne plus s'adonner provisoirement à l'écriture ainsi qu'à la photo. C'est au sortir de cette féconde période de transition qu'il s'est mis à concevoir ces fameuses installations funambulesques qui semblent posséder la merveilleuse propriété de dépouiller la matière de fardeau de son poids. Sa réalisation la plus spectaculaire dans ce domaine reste sans doute la suspension d'une moto V-MAX. On reste véritablement stupéfait de constater à quel point le seul fait de se voir éviter un tel bolide nous le rend méconnaissable. Dépossédé de sa masse, le deux-roues se trouve du même coup vidé de toutes les valeurs auxquels il est symboliquement associé. Ce qui reste ainsi exposé à nos yeux n'est qu'un objet absurde : irréel à force de paraître ethéré. Pour bien comprendre le sens de ses travaux actuels, il faut toutefois revenir sur les oeuvres de cette période intermédiaire. Car avant de commencer à explorer les diverses possibilités offertes par la suspension, Stéphane CHAVANIS a éprouvé le besoin de se pencher plus attentivement sur le concept de la pesanteur. D'où cette centaine de photos de femmes "..." C'est ce dont témoigne les masques invariablement atones que nous donne à voir cette boulversante galerie de portraits." Frédéric Blanc

"Chavanis, vient à nous avec son Bestiaire, qui est une réflexion,... la société de consommation a bien évoluée, depuis Soutine, nous entrons dans un autre monde entre peinture et sculpture, d'autres visions, d'autres propositions, les temps sont modernes, l'industrie alimentaire est passée par la galerie, érigée en art ?"  Frédéric Altman (juin 2004)